Friday, August 26, 2011

Les Rêves Que Nous Avons Partagés

Introduction



Je suis un enfant du continent noir. Je suis un enfant d'une terre où vous trouverez le bonheur le plus authentique et la souffrance la plus authentique. Je suis un enfant d'une terre dont l'âme est en conflit. Je suis un enfant de l'Afrique.
L'Afrique est un continent pris entre l’innocence enfantine et la disposition du mal. L'Afrique de l’innocence enfantine est ce qui donne le continent  sa beauté, son hospitalité, sa rétention incroyable de l'espoir et la richesse de son âme. C'est ce qui rend le berceau de la civilisation si humaine en dépit de son passé horrible. Même si le continent est le plus touché dans l'histoire de l'humanité, il ne désespère jamais. C'est le côté de l'Afrique que j'aime. C'est le côté de l'Afrique qui doit être nourrie. C'est l'Afrique de l'avenir.
Même que nous espérons et nous pleurons pour ce côté humain de l'Afrique, nous ne pouvons pas fermer les yeux à sa disposition le mal. L'Afrique est un continent encore hantée; hanté par l'héritage de la mauvaise gouvernance, les guerres, l'esclavage, l'impérialisme, le colonialisme, la guerre froide, le néo-impérialisme, le racisme, le génocide et de l'ethno-centrisme. C'est la combinaison différente de ces héritages négatifs qui hante le continent aujourd'hui et qui est l'empêchant de secouer son sous-développement pour devenir une partie intégrante de l'économie mondiale et  la civilisation mondiales des démocraties. Pourquoi la disposition du mal est si dominante en Afrique aujourd’hui?
Les personnes extérieures à l'Afrique ou les inconnu de l'Afrique peuvent penser que la réponse réside dans le peuple Africain, que le peuple d'Afrique a un complexe d'infériorité innée. Même certains intellectuels Africains reprochent également au peuple Africain pour le sort du continent.
La génération de libération qui était contre le colonialisme a rejeté cette notion d'un complexe d'infériorité innée dans l'Afrique et a convaincu le monde dans les années 1950 et 1960 que l'Afrique était un endroit d'optimisme, le continent vient de la seconde moitié du XXe siècle et le flambeau de le nouveau millénaire. Après toute, l'Asie était un cas désespéré à la fois; peste par la famine, les guerres, les conflits religieux, la répression et l'oppression. Et l'Amérique Latine a été saisi par les dictatures, et brut inégalités sociales et économiques.
J'ai essayé de comprendre comment l'Afrique et mon pays en particulier déraillé de la noble vision sur laquelle la quête de l'indépendance a été fondée ;  à la souffrance, la pauvreté et la violence qui a rendu la vie encore plus misérable pour son peuple? Il est difficile de comprendre pourquoi dans les années 1990, la plupart de l'Afrique a échoué à changer alors que le reste du monde ont profité de la fin de la guerre froide. L'effondrement du mur de Berlin; Mandela après la libération de près de trois décennies d'emprisonnement et de la fin de l'apartheid; l'effondrement de l'Union soviétique, l'effondrement du communisme de guerre radicale (stalinisme) comme un système économique et politique, la signature des Accords de paix D'Oslo qui promettait la paix entre Israël et les Etats arabes dans le Moyen-Orient, et la montée de nouvelles organisations économiques régionales et le renforcement des anciennes; toutes les paix a apporté la prospérité, la liberté, la liberté et la démocratie à d'autres parties du monde, mais a échoué de le faire en Afrique.

Les historiens affirmés que les années 1990 marqua la fin de l'histoire comme nous l'avions connu au cours des siècles, et prédit un nouvel ordre mondial où la démocratie libérale et le marché libre seraient de réglementer les relations entre les nations et les peuples. Et puisque les sociétés démocratiques ne vont pas à la guerre l'un contre l'autre et sont insensibles à des conflits internes; les optimistes croyaient que le destin des peuples et des continents qui a embrassé la démocratie libérale et le marché libre sont entrelacé.
Moi aussi, je ne crois pas dans le complexe d'infériorité innée de l'Afrique. Je crois en l’innocence enfantine de l'Afrique, dont l'humanisme de pointe pourrait produire des héros comme Martin Paul Samba (Mebenga Mebono) Nelson Mandela, Mahatma Gandhi, Nkwame Nkrumah et Patrice Lumumba. C'est pourquoi j'ai grandi hanté par ces questions sur l'Afrique et le pays de ma naissance:
·         Pourquoi est-il tant de pauvreté?
·         Pourquoi le continent reste sous-développé, alors que le reste du monde va de l'avant?
·          Pourquoi l'Afrique ne utilise pas  ses immenses ressources naturelles de devenir développés?
·         Quelles sont les idées, forme d'organisation et du degré de coopération, le continent a besoin pour se développer?
·        Pourquoi le continent a échoué à être une partie de la mondialisation et la tendance de démocratisation qui a déclenché les forces de développement et progressiste qui ont  fait un bond d'autres parties moins développées du monde comme l'Asie et l'Amérique latine?

Pour comprendre le problème Africain, on doit entrer dans l'âme Africaine. Et pour entrer dans l'âme Africaine, on doit passer à travers une des portes vers l'Afrique. Quelles sont les portes? C'est la simple question, on m'a demandé il y a quelques décennies. Simplement, les portes sont les Etats Africains.
Le fait que je suis né dans un Etat qui est au centre de l'âme Africaine est un privilège, je chéris jusqu'à ce que mes derniers jours. Kamerun, le Cameroun ou le Cameroun est un mode de réalisation de l'Afrique; sa complexité, ses espoirs, ses rêves et ses souffrances. Appelé Afrique en miniature, le pays est trop hanté par l'héritage de la mauvaise gouvernance, les guerres, l'esclavage, l'impérialisme, le colonialisme, la guerre froide, le néo-impérialisme, le racisme, le génocide et de l'ethno-centrisme, tout comme le reste de l'Afrique. Grâce à mon implication dans la lutte pour effectuer un changement au Cameroun, je suis venu à accepter la maladie camerounais et Africains.
L'Afrique est piégée dans la pauvreté, le sous-développement, la division, les conflits, la tyrannie et le manque de liberté et la démocratie, car il a été détourné par la minorité à la disposition du mal. Ces éléments retardateurs Africains sont soutenus par des éléments de puissantes nations étrangères qui ont également la disposition du mal en Afrique. Tout effort pour secouer le Cameroun et l'Afrique à sortir de la maladie, il faudrait démonter ce système qui protège l'intérêt des personnes atteintes de la disposition du mal, il impliquerait également le remplacement du système par un autre qui garantit l'émancipation de la majorité du peuple, qui, sans une iota de posséder aucun doute l'enthousiasme et l'engagement à développer le pays et faire de la liberté, la liberté et la démocratie une réalité.

Au cours des cinq dernières décennies, le Cameroun, comme le reste de l'Afrique a été pris dans un jeu de puissance par un monde où ceux qui appellent les coups ne sont pas ceux qui aiment le continent, mais plutôt des gens qui en ont besoin. Les courtiers du pouvoir qui contrôlent les États Africains rétrogrades ont mis de côté des paquets de règles pour ces états qui sont uniquement destinées à défendre leurs intérêts et non pas de promouvoir des valeurs progressistes. Ces politiques ont été couronnées de succès, car les collaborateurs ont été trouvés parmi ceux, dominés par les Africains avec la disposition le mal. Malheureusement pour le Cameroun et l'Afrique, la plupart des Etats Africains ont été détournés par l'alliance entre les Africains de l'aliénation du mal et les courtiers en alimentation externe qui ne partagent pas les intérêts du continent et n'ont aucune empathie pour le sort de la majorité en Afrique '--- ceux qui l’innocence enfantine et la foi en l'avenir du continent.
En identifiant avec la majorité silencieuse qui sont bénis avec l'Afrique de innocence enfantine, j'essaie à travers ce livre pour dépeindre leurs efforts pour ignorer l'héritage négatif de leur histoire, et construire une nouvelle, prospère, libre et libérale du Cameroun et l'Afrique. En trouvant une réponse aux problèmes du Cameroun, on retrouve la plupart des réponses aux problèmes de l'Afrique. Ce livre est un portrait miniature de lutte de l'Afrique pour embrasser sa diversité alors que L'Afrique embrasse les valeurs progressives qui lie ses gens. Le livre est aussi un rejet de la règle de ceux qui ont la disposition du mal qui justifient la cruauté et la privation de masse comme un moyen de garder le pouvoir contre les intérêts de la majorité de leur peuple.
Le prix a été élevé pour les défenseurs de ferme et dédié de changement qui fait l'effort de comprendre le désespoir, les espoirs et les rêves des 'impuissances avec l'innocence enfantine.
J'ai mis un point d'essayer de percer la pensée, les motivations et les limites de la puissante avec la disposition du mal; qui sont déterminés à maintenir le pouvoir, d'influence, le contrôle et la richesse; même s'ils glisser la terre et son peuple vers l'abîme dans le processus .
Il est facile de sympathiser avec la section découragés de la majorité avec l’innocence enfantine dont les lignes sont durcissement et qui se réfugient dans le religieux, régional, niches ethniques et tribaux, et ce faisant, perdent la foi sur la renaissance de leur pays et l'Afrique comme un tout.
J'ai beaucoup de compassion pour la majorité des Camerounais qui sont plein d'espoir et impuissants, mais ont l'âme africaine riche et qui, malgré croupissent dans la léthargie politique, sont en attente d'une nouvelle direction, l'organisation efficace et un leadership engagé qui peut les amener à développer la terre et réaliser le développement, la liberté, la liberté et la démocratie.
Néanmoins, il est facile de se rapporter à la minorité dédiée à l'innocence enfantine, l'espoir infatigable et facile à rapporter des rêves qui partagent les visions nobles de la terre et se sont engagés à réaliser l'aube nouvelle. Bien que victime, ex et la souffrance à cause de leur engagement indéfectible à la lutte pour réaliser une nouvelle ère pour leur population, ces «Africains NOUVEAU" sont prêts à payer n'importe quel prix pour réaliser le changement. Je les comprends, car moi aussi je suis impliqué dans la lutte avec un esprit vierge pour découvrir que la perception générale des problèmes de notre terre n'est que la pointe de l'iceberg de la maladie qui affligent notre pays. Les gardiens du système et ceux qui en bénéficient ne sera jamais lâcher le pouvoir si facilement. En remettant en cause ce groupe dans un combat retardateur ne-ou mourir, nous ouvrons un débat public plus large, qui va non seulement changer nos vies et les vies de nos enfants pendant de nombreuses années à venir, mais va aussi changer la pensée politique du monde et la manière l'Afrique, ses problèmes et son avenir sont considérés.
La vision plus large de l'Afrique est un sujet pour un autre livre. Pour l'instant, je vais chercher à notre problème d'une perspective limitée ou à un niveau micro. Je vais parler de la lutte Camerounais et notre implication dans ce depuis les années 1990. En comprenant les blottit il est passé par;
·         Nous aurons un meilleur aperçu de ce pays qui est l'Afrique en miniature;
·         Nous comprenons l'importance d'une presse libre, libérale, démocratique et prospère pour cette terre qui est au cœur de l'Afrique;
·         Nous pourrions en sortir avec une meilleure idée de la façon de trouver une solution à l'impasse socio-économique et politique du pays
·         Et nous serons mieux fourni avec les grandes lignes aux solutions des problèmes de l'Afrique.

Les personnages de ce livre sont réels et la plupart d'entre eux sont des gens dans ma vie qui chacun à leur manière m'ont aidé à se réconcilier avec les réalités de ma terre. Mes héros dans ce livre sont ceux qui ont partagé le rêve d'un avenir meilleur pour le Cameroun et ses enfants et qui privilégient leurs intérêts personnels ci-dessous les nobles objectifs de la lutte et le rêve camerounais. Je dis cela parce que je comprends combien le chemin est solitaire pour ceux à la pointe d'une lutte pour réaliser un rêve. Apparemment, le rêve n'a pas été réalisé, même si un lourd tribut a été payé par ceux qui ont réellement cru en elle, ceux qui ont donné généreusement plupart ou la totalité de ce qu'ils avaient, et qui étaient à la pointe de la lutte. Doit-on les considérer comme des héros ou des victimes?
Je pense qu'il est essentiel pour nous de traiter avec respect l'héritage de ceux qui ont sacrifié énormément pour un rêve altruiste, progressive et unificateur. C'est seulement en émulant les héritages positifs de ces héros que nous pouvons conserver nos espoirs, exploiter nos potentialités et de réaliser nos rêves comme une pacifique, unie et les progressistes. Émulation de l'héritage positif des héros et des légendes est particulièrement important pour un peuple dont l'effort de libération ou de rachat a été contrecarré par ceux qui ont la disposition du mal qui sont au pouvoir ou qui sont aussi en quête du pouvoir. Car sans l'émulation des aspects positifs d'une lutte dont les objectifs n'ont pas été réalisés, et des visions de ses héros, nous risquons d'être condamnée à tout jamais dans le désespoir et l'incompréhension.
Ce livre est pour vous d'en juger. C'est un voyage dans les chemins de certains de ceux qui ont cru dans le rêve de pointe d'une nation prospère où la paix, l'unité, la liberté, la liberté et la démocratie serait une partie de la vie quotidienne de ses citoyens. C'est un rêve désiré par ses citoyens, mais qui n'a pas été réalisé malgré le prix élevé payé pour cela.
 Qui sont les acteurs?
 Qui sont les victimes?
 Qui sont les héros?
 Que faut-il appris?
 Que faut-il faire?

Ce sont quelques-unes des questions que vous pourriez être en mesure de répondre à la fin de ce livre. Le livre n'est rien de plus que les souvenirs de quelqu'un qui est tombé de l'innocence et a essayé d'apprendre à partir de l'automne. L'apprentissage était un processus et il est venu au sujet d'être blessé, de blesser, d'être trahi, de confiance, d'échecs personnels, de confronter la dure réalité et d'être humilié par la réalité. Pourtant, il a été un processus qui revigoré ma foi dans la lutte pour la réalisation d'une société nouvelle et souhaitable, un processus qui a cimenté l'détermination à ne pas permettre à ceux qui la disposition du mal à l'emporter sur les camerounais noble et âmes Africaines. Je dis cela parce que même si les peuples Africains ont été laissés dans la course à la liberté, la liberté, la démocratie et la prospérité; l'âme Africaine mène toujours le monde avec ses contacts humains et la joie et le bonheur qui viennent d'être humain. Avec la libération de cette force intérieure qui est l'âme Africaine, le continent et ses habitants doivent se rattraper et jouer un rôle de premier plan dans le développement mondial.


 

                               

Saturday, August 13, 2011

Le Spectre de la Vie qui Hante le Peuple Camerounais




Si vous posez cette question aux tous les Camerounais avec une profonde perception du monde que “Qui est le chef d'état le plus malhonnête et illusoire en Afrique?”, la réponse de la majorité absolue serait évidente. Notre locataire dans le Palais de l'Unité dans le quartier d’Etoudi à Yaoundé est le chef de l'État le plus décevant.

Le deuxième président du Cameroun est un mauvais chef de l'État. Son règne depuis longtemps a détruit la plupart des fondations du mode de vie et des valeurs progressistes  du  peuple Camerounais. Sans principes, sans scrupules et sans vision, il était suffisamment insaisissable durant ses premières années comme le président du Cameroun parce que  Il a réussi à convaincre de nombreux de ses citoyens à le considérer comme un leader brillant. Oui, il s'est fait brillant et attrayant pour les peuples que qu'il gouvernait, même malgré ses véritables convictions qui étaient rétrograde, égocentrique et traître vis-à-vis du bien-être du peuple Camerounais

Le deuxième président Camerounais est un démagogue qui a harangue concernant son New Deal de rigueur et de moralisation, quand il n’a jamais eu l'intention de travailler pour l'intérêt de tous les Camerounais. Il est arrivé au pouvoir avec le seul but de défendre les intérêts de son patron (la mafia dans l'establishment français qui dirige la politique Africaine pour la France), pour améliorer le bien-être et la position sociale de la clique  qui est compose des hommes d'affaires sans scrupules, des politiciens, des fonctionnaires et surtout le groupe ethnique de sa naissance.

Le deuxième président Camerounais est déshonorant, et il est un homme sans convictions. Il a commencé ses manifestations politiques comme un nationaliste Camerounais d'orientation socialiste, sous la bannière de l'Union des Populations du Cameroun (UPC), mais bientôt sans hésitation, il a jeté son vêtement nationalistes pour les haute postes que le system impose par la France a offert aux renégats de la lutte Camerounais par le régime  le système qui avait a sa tète au Cameroun le régime Anglophobe de Ahmadou Ahidjo, une marionnette de la France. Ayant transféré sa fidélité à la gloire de la puissance nue dans manifesté par le régime soutenu par la France qui supervisait le génocide des forces nationalistes au Cameroun, Paul Biya a rapidement gagné le cœur de ses patron pour devenir le Premier Ministre en 1972, et plus tard le président du Cameroun en 1982. Après cela, il a versé tous les aspects de ses liens avec le nationalisme Camerounais, et il est devenu un Francophile et manipulateur des anglophones Camerounais. Aujourd'hui, c’est clair aux yeux de tous que Paul Biya se présente comme le chef des forces renégats qui peuvent éventuellement tuer le nationalisme Camerounais et mener la nation vers l'abîme, en niant le pays la réalisation de son rêve centenaire de l'unité, l'indépendance, la prospérité et les opportunités ouvertes.

Paul Biya est sans but, sans visage, et il est  paranoïaque. Ses longues années en pouvoir et la vacuité de son règne ont été masqués par la mafia FrancAfrique et ses collaborateurs Camerounais. Pendant ses premières années en tant que chef de l'État, Paul Biya a parlé de rigueur dans la mise en œuvre de l'éthique du travail, les règles, les lois, la liberté, droits de l'homme progressistes et les réformes économiques ; quand il n'a jamais voulu voir le moindre changement dans le système anachronique, que il a hérité de son prédécesseur Ahmadou Ahidjo, un système corrompu que la France a imposé sur le Cameroun. Biya n'a jamais eu la moindre intention de changer le cours de la dictature, la corruption, la kleptomanie et de division qui était la règle du système et les attributs du pouvoir et des richesses que le système offrait. Une décennie après que il a prononcé le mot  rigueur, le Cameroun qui avait le deuxième pays mondiale  sur la base de taux de croissance économique, après la Corée du Sud en 1986 (même s'il a été à la traîne de ses vrai potentialités à l'époque), est aujourd'hui parmi  les pays en Afrique avec l'économie qui est le moins prometteur.

La rhétorique de moralisation  de Biya est une insulte inacceptable pour l'humanité. Alors même que il a promis de rendre a son règne une face morale où la gouvernance serait basé sur un programme pour améliorer la bonne conduite des affaires publiques, sociales, économiques et politiques, il a trahi ses promesse en présidant le pire dégénérescence d'un pays Africain qui n'est  pas ravagé par la guerre.

Malheureusement pour les Camerounais, Paul Biya est un de ces produits regrettables de la nature qui ont la force de caractère qui est une négation de ce qu'on appelle un bon leadership. Ca ne dérange pas Paul Biya du tout que ses mauvais actions et son règne ont réduit les Peuples Camerounais au niveau des mendiants, ont érodé leur sens du but, ont divisés  leurs rangs, et ont leur rendu dans les bras de découragement, ont dénigré leur influence dans la politique nationale et internationale, et ont encouragé la corruption à la forme d'un art. Et surtout, il est commode de Paul Biya et ses objectifs qu'il a enveloppé le Cameroun dans l'embrayage et les caprices de la France.

De origines paysannes, Biya a appris, mais il à mal assimilé les valeurs aristocratiques. Le triste résultat de cela est son mépris injustifiés des masses d'où il avait ses origines. Comme un homme de savoir élevé, c'est regrettable que, malgré ses longues années de service dans le système, il possède encore tous les traits d'un pseudo-intellectuel et un pédant. Et elle est due à la conscience de sa faiblesse intellectuelle qu'il a développé un complexe d’infériorité masquée. C'est pourquoi il rejette, snobe et se dérobe à partir des bonnes idées de ses supérieurs intellectuels.

Le Cameroun est le seul pays en Afrique où les combattants de la lutte pour sa libération―les nationalistes ―n'ont jamais été autorisés  ou acceptées à la tête du pouvoir. Le Cameroun est le premièr pays en Afrique où la France s'est profondément impliquée dans le génocide de ceux qui ont résisté de son mensonge (près d'un million de morts dans la guerre 1956-1970 contre l'UPC). La France a fais ca avec la collaboration de Ahmadou Ahidjo; le Cameroun est le seul pays en Afrique qui a été le plus cruellement violée par la France dans l'époque contemporaine. Même si les Camerounais sont l'une des peuples les plus dynamiques du continent Africain, ils n'ont jamais été libre pour exploiter leur potentiel et de construire leur pays en une grande nation que le Cameroun mérite vraiment d'être. Au lieu de cela, les Camerounais ont été abaissés par un complot ourdi pendant les années que Jacques Foccart était le dirigent  de la politique Française sur l'Afrique, une conspiration qui a effectivement utilisé les collaborateurs Camerounais, comme Paul Biya, en particulier.

Ca ne dérange pas le deuxième président Camerounais que le peuple Camerounais se suffoquent dans sa servitude. Il a perdu le contact avec les masses Camerounaises, la réalité Camerounaise et la vie dans ses différentes formes. Cependant, contrairement à son homologue psychopathe, l'empereur de Rome Néro (Nero Claudius Caesar Augustus Germanicus), il a maîtrisé un art―l'art de garder le pouvoir, malgré l'opposition de ses citoyens. Et comme la plupart des mégalomanes et des expérimentateurs, il continuerait à expérimenter sa théorie de la rétention de pouvoir, en dépit de son impopularité. Il  ne s'inquiète pas que le peuple Camerounais sont traînés vers l'abîme dans le processus.

Biya effectue sa théorie de la rétention de pouvoir sur le peuple Camerounais, une expérience ou essai qui va certainement détruire le meilleur de nos forces créatrices, si nous le laissons à persister. Par ailleurs, en continuant pour rester au pouvoir, Paul Biya et le système que la France a impose sur le Cameroun vont détruire la foi que nous avons dans notre rêve ; et le pire de tout, ils vont détruire la mère du progrès, qui est l'espoir que le peuple Camerounais de doivent pas perdre. Le triste résultat de la catastrophe du règne de Biya serait la mort du Cameroun. Pour l'esprit rationnel et l’avenir du Cameroun, c'est inacceptable. Le triste résultat de la catastrophe de la règle Biya serait la mort du Cameroun.

Peut-être pour un peu plus longtemps, le spectre de vie qui représente le deuxième président Camerounais va continuer à hanter le peupletraîtresse dans ses façons, impitoyable dans ses méthodes et nonchalant dans ses vues. C'est notre tâche inévitable, si ce n'est que pour le bénéfice de nos enfants, que nous nous levons, pour  reprendre notre dignité, notre espoir et l'avenir de lui et de ses mécènes. Puis en suivant le cours naturel de l'histoire, nous limiterons lui et son héritage à la poubelle de l'histoire.



28 Février 1995


28 février 1995



Janvier Tchouteu